CNSS

RIPOSTE CONTRE LE COVID-19

La CNSS sur front de prévention !  

  

Résolument engagé dans la prévention contre la pandémie du coronavirus, c'est dans ce cadre que le Comité COVID-19 de la CNSS, a déployé du 23 au 27 mars 2020, des campagnes d'information et de sensibilisation à l'endroit du personnel des sites de Libreville, d'Akanda, d'Owendo  et de Bikélé.

Cinq jours durant, le Directeur de la Prévention des Risques Professionnels, Dr Jacques Emmanuel Édouard ROY et  le Dr Francisca KIKI, respectivement spécialiste en médecine de travail et spécialiste en infectiologie, ont sensibilisé les agents les plus exposés au risque de contamination, sur les moyens de prévention, les actes proscrits, ainsi que la conduite à tenir en cas de suspicion au coronavirus. Il s'agit notamment des agents d’accueil et des caisses.

De fait, ces campagnes de sensibilisation et d'information ont, pour l'essentiel, tourné autour des modes de contamination. Ceux-ci se résument aux contacts et aux gestes barrières à intégrer et observer quotidiennement, dans l'activité de réception et des caisses.

Au cours de ces séances de sensibilisation, un accent particulier a été mis sur certains  actes issus d'idées reçues qui, au contraire, favoriseraient la propagation du virus ; notamment le port systématique des gants et le port prolongé du masque.

Même exercice pédagogique dans les Agences d'Akanda, d'Owendo et de Bikélé où des consignes d'hygiène ont été largement préconisées. Toutes ces actions qui rentrent le cadre des mesures prises par le Gouvernement, visent entre autres, à enrayer la propagation de cette pandémie dans notre pays.

Il faut rappeler que les gestes barrières contribuent à limiter la propagation du virus : se laver régulièrement et correctement les mains avec du savon ou une solution hydro alcoolique, éviter les contacts rapprochés, tousser et éternuer sous le pli du coude, se moucher dans un mouchoir à usage unique et le jeter immédiatement après.

Le Comité COVID-19 de la CNSS a été créé pour la mise en place effective de ces mesures de prévention en milieu professionnel.

Présidé par le Directeur Général et sous la coordination technique du Secrétaire Général, ce comité est composé de neuf (09) membres issus du FASS, du département Médecin conseil, du SMUR CNSS, de la DPRP et de la Cellule Communication et Relations Publiques.

En ce qui concerne les sites distants de Libreville et de l'intérieur du pays, des points focaux ont été désignés pour relayer les informations.

     

À noter qu'en cas de symptômes (fièvres, toux, douleurs musculaires, maux de tête), le numéro vert national 1410, a été mis en place. Le numéro 066 60 40 34 ou 1333 du SMUR CNSS reste également joignable.

 

 

29ème SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DES ETATS MEMBRES DE LA CIPRES

Le Comité d’Experts en conclave !

 

Participants et Experts venus de quinze (15) Etats membres de la Conférence interafricaine de la Prévoyance Sociale (CIPRES), ont examiné du 10 au 11 décembre 2019, à Antananarivo, capitale de la République de Madagascar, les points relatifs à la 29ème session ordinaire du Conseil des Ministres de tutelle de la Prévoyance Sociale des Etats membres de ladite Conférence.

Initiée par la Commission de Surveillance de la Prévoyance Sociale (CSPS) et organisée en collaboration avec la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNaPS) de Madagascar, cette rencontre qui intervient après celles tenues respectivement en mars à Lomé au Togo et en juin 2019 à Genève en Suisse, a été officiellement ouverte par la Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales du pays hôte, Gisèle RANAMPY.

Dans son allocution de bienvenue, le Président de la Commission de Surveillance de la Prévoyance Sociale et Président du Comité d’Experts, Cheikh Tidiane TOUNKARA a tenu à féliciter les nouveaux Directeurs Généraux des Caisses ; notamment la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) du Gabon.

Au nombre des points inscrits à l’ordre du jour, l’on retiendra l’examen et l’adoption du compte rendu de la 28ème session ordinaire du Conseil des Ministres de tutelle de la Prévoyance Sociale tenue en juin dernier à Genève, l’examen et l’adoption des projets du plan d’actions et du budget de l’exercice 2020, le débat sur le projet de texte relatif au socle juridique de sécurité sociale pour les Etats membres de la CIPRES, le point sur le Traité révisé de la CIPRES, ratifié entre autres par le Gabon.

Autres points abordés par les Experts ; l’examen et l’adoption des propositions de sanctions applicables aux organismes de prévoyance sociale pour défaut de production des données financières, comptables et statistiques dans les délais impartis au Secrétariat exécutif de la CIPRES, le point détaillé des diligences restant à mettre en œuvre dans le cadre de la mise en place effective du Fonds d’Investissement Africain (FIA) des organismes de prévoyance sociale,  l’organisation du 3ème Forum international sur la retraite dans la zone CIPRES en 2020 attribuée à la République Gabonaise, etc.

La Délégation de la CNSS du Gabon était conduite par son Directeur Général, Romaric Ghislain YOUMOU MBODOT, assisté du Conseiller du Directeur Général, Wilfried ADJONDO et du Directeur des Affaires Juridiques, du Contentieux et des Assurances, Madeleine Blandine TCHIMINA MAKANGA.

Mise en place le 21 septembre 1993, la CIPRES qui compte dix-sept (17) Etats membres et vingt-six (26) organismes affiliés à fin 2018, est un organisme de contrôle et d’appui techniques aux Caisses Africaines de Sécurité Sociale.

PATRIMOINE IMMOBILIER DE LA CNSS

 Les membres du Conseil d’Administration inspectent le chantier d’Okolassi.

Une forte délégation de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) conduite par son Président du Conseil d’Administration, David MBADINGA, était dernièrement sur le site de construction d’une agglomération urbaine à Okolassi, dans le deuxième arrondissement de la commune de Ntoum, à environ 31 km de Libreville.

Le Président du Conseil d’Administration était accompagné des Administrateurs, du Directeur Général, Romaric Ghislain YOUMOU MBODOT, du Directeur Général Adjoint, Flore Martine NGNINGONE OBAME et de quelques membres du Comité de Direction. Cette visite d’inspection a permis aux Administrateurs de la CNSS de s’imprégner de l’état d’avancement du projet de construction de logements d’Okolassi, démarré en 2014.

Le site d’Okolassi offre aux acquéreurs un cadre de vie attrayant, avec aménagement d’espaces multifonctionnels de hauts standings, une école fonctionnelle (Complexe scolaire Bambino village), des aires de jeu (terrains de sport), un marché couvert, etc. Il s’agit pour la CNSS, à travers sa filiale CNSS Immo, de tendre vers sa vision sociale.

Le Gérant de CNSS Immo, Jocelyne OYOUOMI, présentant ce projet d’envergure qui s’entend sur une superficie de 16 hectares, a indiqué que le premier lot composé de 58 villas de 2 à 5 chambres et de R+1 avec local commercial, a été attribué aux acquéreurs en juin dernier.

Une extension de la première phase composée de 103 villas, dont les travaux sont en cours d’exécution par l’entreprise chinoise « Chengdu Third Architecture Engineering Company (C.T.A.E.C.) », sera livrée par lot en mars et mai 2020.

Ce sont donc au total 161 maisons qui seront livrées au titre de la première phase de construction de logements sur ce site. Le Gérant de CNSS Immo n’a pas manqué de souligner les quelques problèmes rencontrés sur cette zone ; notamment l’accès à l’eau potable, l’électrification du site qui est en passe d’être réglée.

Au terme de l’étape de la cité d’Okolassi, les Administrateurs ont émis quelques réserves à cause de l’exiguïté et la promiscuité des maisons issues de l’extension de la première phase.

La visite de l’immeuble R+8, au Siège de l’Institution, dont les travaux sont à l’arrêt depuis près de 02 (deux) ans, a constitué la dernière étape de cette visite. Selon les explications techniques fournies par le Directeur du Patrimoine et des Achats, Issa MOURAMBOU SALLE, une contre-expertise de cet immeuble sera effectuée prochainement par d’autres sociétés, ainsi que l’élaboration d’un nouveau cahier de charges pour la reprise éventuelle des travaux dudit immeuble.

Sous-catégories