CNSS

Lancement de la campagne contre la fraude à la sécurité sociale

Dans le cadre du lancement de la campagne contre les fraudes à la Sécurité Sociale, la Direction Générale a organisé une conférence de presse le vendredi 13 juin 2013 dans les locaux de l’Institution.

Après avoir remercié les cadres et officiels des Administrations et les journalistes, Désiré LASSEGUE, Directeur Général de la CNSS a présenté la situation de la fraude qui gangrène la CNSS.

A cet effet, les prestations servies par la CNSS sont exposées à diverses malversations d’écriture, donc à la fraude qui pèse lourdement sur les finances de la Caisse,  a-t-il annoncé. Et de citer en exemple les pertes dues aux procurations qui s’élevaient à 2.000.000.0000 franc CFA, et celles liées à la fraude déclarative ou documentaire évaluées à 1.206.812.759, au cours de ces cinq dernières années.

Il a donc interpellé les représentants des administrations pour aider la CNSS dans le combat contre que la fraude à la sécurité sociale que l’organisme vient d’engager. Il a ensuite passé la parole à Mesdames Prisca OPIRINA et Nadège AYOUMA D’OTHAKEME, respectivement Directeur des Prestations Techniques et Directeur Adjoint du Recouvrement et du Précontentieux pour illustrer d’avantage ses propos en dévoilant les différents types de fraudes.

Dans sa présentation, le Directeur des Prestations Techniques a mis en exergue deux types de fraudes. Elles sont de nature : exogène et endogène.

La fraude exogène est relative à la fraude documentaire, donc à la falsification des pièces d’ouverture et de maintien de droit (actes de naissance, de mariage, certificats de scolarité, médicaux, de non scolarité et d’entretien et d’éducation), a - t - elle expliqué. Cette fraude est également déclarative. Elle renvoie à toutes formes de déclarations inexactes et intentionnelles susceptibles  d’inciter l’autre partie à conclure un contrat ou accepter la demande d’allocations familiales, a - t - elle poursuivi.

A propos de la fraude endogène, elle est selon elle, imputable aux agents CNSS moyennant des retro-commissions ou des rétributions de toutes natures.

En termes de pertes, Madame OPIRINA a noté :

  • 33.100.759 Fcfa de dépenses relatives aux pièces d’Etat civil frauduleuses ;
  • 117.371.200 F cfa  liés aux contrôles dans les établissements ;
  • 1.206.812.759 F cfa de pertes au titre des actes frauduleux sur ces quatre dernières années.

Prenant la parole à son tour,  Madame Nadège AYOUMA, Directeur Adjoint du Recouvrement et du Précontentieux, a énuméré les différents cas de fraudes.

Tous ces cas de fraudes ne permettent pas à la CNSS de colleter de manière optimale les ressources liées au marché de l’emploi au Gabon ; a-t- elle conclu avant de céder la place au jeu de questions - réponses entre les journalistes et le Directeur Général.

Cette conférence de presse s’est déroulée devant de hauts cadres de l’administration publique invités, notamment de la justice, des forces de l’ordre et des collectivités locales.